Le microdosage d’hallucinogènes pique la curiosité des chercheurs

Si une majorité de personnes commencent leur journée par une tasse de café, certains consomment plutôt de toutes petites quantités de LSD ou de champignons magiques. Perçus à une autre époque comme de potentiels médicaments innovateurs, les hallucinogènes sont entrés dans l’illégalité et peu de recherches leur sont aujourd’hui consacrées. Un groupe de chercheurs espère toutefois pallier ce manque de savoir scientifique.

Ces chercheurs étudient la manière dont certaines personnes pratiquent ce qu’on appelle le microdosage, ainsi que les avantages et les inconvénients qu’ils trouvent à cette pratique.

Le microdosage consiste à consommer, à des fins thérapeutiques, d’infimes quantités de drogues hallucinogènes comme le LSD ou la psilocybine (substance active des champignons magiques). L’objectif des utilisateurs est de prendre une dose trop petite pour intoxiquer, mais assez substantielle pour fournir certains effets bénéfiques, notamment une meilleure humeur, une diminution de l’anxiété et une meilleure créativité.

Des chercheurs de l’Université de Toronto, de l’Université York et du Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto collaborent à cette étude, qui est, selon eux, la première en son genre.

De meilleure humeur et plus concentré

L’équipe a fait remplir des sondages anonymes par des membres de la communauté de microdosage présente sur le populaire forum Web Reddit et d’autres réseaux sociaux. Elle a reçu la réponse de 909 personnes ayant pratiqué ou pratiquant toujours le microdosage, environ une fois tous les trois jours ou une fois par semaine.

Les microdoseurs ont évoqué nombre de bénéfices, dont la bonne humeur, une plus grande concentration et une meilleure connexion aux autres.

Les chercheurs ont aussi conduit une série de tests pour comparer ces utilisateurs à un groupe témoin.

Quatre petits timbres de LSD sont plus petits qu'une seule pièce de 25 sous. Sur les timbres, des images d'anges imprimées.

Par exemple, pour évaluer la créativité, on a demandé aux participants de trouver le plus d’usages possible à des objets du quotidien. Les chercheurs ont aussi testé la sagesse des participants en leur demandant dans quelle mesure ils se reconnaissaient dans une série d’énoncés comme « À ce stade de ma vie, je trouve facile de rire de mes erreurs ».

Les microdoseurs ont présenté plus de créativité et de sagesse, mais aussi moins de négativité et d’attitude dysfonctionnelle, des traits liés à la dépression et à l’anxiété.

Pour l’un des coauteurs de l’étude, Thomas Anderson, qui est un candidat au doctorat en neuroscience cognitive, les résultats sont « très prometteurs ».

Encore bien loin d’être de la médecine

Les deux auteurs principaux appellent toutefois à la prudence. La corrélation observée ne permet pas de conclure qu’une causalité existe.

Nos résultats justifient certainement plus de recherches, mais il est important de les prendre avec un grain de sel, avertit Rotem Petranker, un autre coauteur et étudiant aux cycles supérieurs en psychologie sociale.

“Ce que ces résultats veulent réellement dire, c’est que nous devons étudier le phénomène dans des conditions de laboratoire pour savoir à quel point ils sont vraiment causés par la substance en question.”

Thomas Anderson note aussi qu’un petit groupe de la communauté du microdosage a rapporté des effets contradictoires aux témoignages de la majorité, comme une diminution de la concentration et plus d’anxiété. Certains parlent aussi d’inconfort physique; le microdosage leur ferait avoir trop froid ou trop chaud.

La critique la plus commune des participants sondés reste toutefois le fait qu’il est difficile de pratiquer librement le microdosage étant donné son illégalité et le tabou qui lui est ainsi associé. Puisque les hallucinogènes doivent être obtenus illégalement, il est aussi difficile de s’assurer qu’ils sont sûrs et d’en consommer de manière précise et régulière.

Les chercheurs se sont assurés de clarifier qu’ils n’encouragent pas le microdosage à des fins thérapeutiques.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *