Comment retenir les agents commerciaux talentueux?

Vos vendeurs sont vos investissements les plus précieux. Vous les recruter, les former et leur faites confiance avec vos clients. Vous comptez sur eux pour garder votre entreprise en croissance. Alors, que se passe lorsqu’ils partent? Pire encore, s’ ils sont attirés par l’un de vos concurrents? Ce serait un coup dur pour votre entreprise. C’est pourquoi il est intelligent de les lier à vous financièrement.

Il ya plusieurs façons de le faire. Une solution est d’écrire un contrat de non-concurrence. Le contrat qui est différent du contrat de travail, stipulera que lorsque l’employé quitte votre entreprise, il ou elle ne doit pas ouvrir son entreprise dans la même commune ou dans le même quartier que vous. Aussi, il ou elle s’abstient de traiter avec vos clients. Si jamais l’ex-employé ne respecte pas ce contrat de non-concurrence, vous pourrez le traduire devant la justice.

Le problème avec les contrats de la non-concurrence, c’est qu’ils sont essentiellement de nature négatives. Ils sont aussi axés sur les pénalités, et personne n’aime l’idée de punition.
Au lieu de cela, vous pourrez mettre en place une sanction pécuniaire qui est liée à une récompense financière potentielle. Si les vendeurs quittent l’entreprise prématurément, ils perdent leur chance de récolter la récompense.

La solution peut être simple ou complexe. Un plan simple, par exemple, serait de louer une voiture pour votre vendeur. Le truc est, vous placez le bail en son nom. Vous effectuez le paiement mensuel, mais il ou elle a l’obligation légale. Si le salarié quitte l’entreprise, les paiements cessent. À ce moment, le paiement mensuel ou l’élimination du véhicule est son problème et sa responsabilité. Et si les voitures ne sont pas intéressantes pour vous, vous pouvez faire la même chose avec le remboursement de scolarité.

Que diriez-vous de quelque chose plus complexe et à long terme, comme une rémunération différée ou d’un plan de maintien de salaire? Vous avez beaucoup de choix, à partir d’une simple rémunération différée, etc.
Rappelez-vous, vous n’avez pas nécessairement à financer le programme maintenant. Vous devez être prêt à répondre à vos obligations financières, cependant, en supposant que votre agent remplit sa part du contrat. Peu importe comment vous le structurer, si le vendeur quitte avant la période convenue, il ou elle renonce à tout ou partie des prestations du régime.

Une autre idée: Ce que certains employés veulent vraiment, c’est une part dans la société (le bonus supplémentaire de motivation et la performance). Dans ce cas, les récompenser avec des actions ou leur permettre de les acheter, peut-être à un tarif réduit.
Si vous n’aimez pas l’idée d’un actionnaire minoritaire, vous pouvez même créer un programme d’actions fictives. Dans ce cas, le salarié n’est pas un véritable propriétaire. Cependant, il ou elle ne reçoit un paiement ou des dividendes que lors de leur retraite, ou si l’entreprise est vendue.

Bien sûr, vous aurez envie de travailler avec votre avocat et votre comptable bien avant. Sinon, quand il s’agit de créer des menottes dorées, les possibilités ne sont limitées que par votre imagination.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *